Les mêmes conditions dans toute la Suisse pour les requérant-e-s d’asile mineur-e-s non accompagné-e-s (MNA) : tel est l’objectif des recommandations formulées aujourd’hui par la Conférence des directrices et directeurs cantonaux des affaires sociales (CDAS). Avec ces recommandations, la CDAS pose les fondements pour des règles égales dans tous les cantons. Le CSAJ se réjouit de cette décision en faveur des MNA, car les différences cantonales sont aujourd’hui choquantes. Le CSAJ est également soulagé de constater que la CDAS a tenu compte des demandes de la Charte des MNA, issues du projet Speak out!, pour formuler ses recommandations.

Les différences cantonales dans les domaines de l’hébergement, de l’encadrement, de la représentation juridique, de la personne de référence ainsi que de la formation des requérant-e-s d’asile mineur-e-s non accompagné-e-s (MNA) sont parfois surprenantes. Les conditions de vie de ces enfants est nettement pire dans certains cantons que dans d’autres. D’une part, ceci transgresse la Convention de l’ONU relative aux droits de l’enfant, qui a été ratifiée par la Suisse. De l’autre, des conditions de vie adaptées aux enfants doivent être l’objectif de la politique suisse aussi et surtout concernant les enfants qui ont fui leur pays.

« Les recommandations de la CDAS améliorent les conditions de vie difficiles des enfants qui ont fui et qui arrivent non accompagnés en Suisse », se réjouit Andreas Tschöpe, secrétaire général du CSAJ. « L’hébergement des enfants dans des centres particuliers ou au sein de familles, plutôt qu’avec des adultes, et l’attribution d’un curateur dès le début de la procédure sont des mesures qui aident considérablement. »

La Charte des MNA produit son effet

En 2014, les MNA du projet Speak out! du CSAJ ont présenté une charte qui contenait leurs demandes, la Charte des MNA. Celle-ci a été rédigée par les enfants. C’est confortant de voir que les recommandations de la CDAS reprennent de nombreux points de la charte. Malheureusement, peu d’attention a été accordée à la demande du soutien aux jeunes à la recherche d’une place d’apprentissage et d’une solution de scolarisation et à celle de garantir une meilleure protection une fois la majorité atteinte.

Les recommandations formulées soutiennent les cantons dans une approche aux MNA adaptée aux enfants. Cependant, elles ne sont pas contraignantes et des standards nationaux continuent à faire défaut. Le CSAJ suivra donc de près leur mise en œuvre et il invitera les cantons dans lesquels les conditions sont actuellement insuffisantes à adopter les recommandations de la CDAS.

Renseignements :

Abonniere unseren Newsletter!

So bleibst du immer auf dem Laufenden.

Vielen Dank!

Pin It on Pinterest

Share This