Après la communication du Conseil fédéral d’aujourd’hui, jeudi 27 avril 2017, de prolonger la solution transitoire de participation de la Suisse à Erasmus+, en cours depuis 2014, un large front d’organisations de jeunesse et des jeunesses de partis a lancé une pétition. Les organisations y appellent le Conseil fédéral et le Parlement à reprendre immédiatement les négociations pour une association complète de la Suisse à Erasmus+, à aspirer à une pleine participation dès 2018 et à octroyer les moyens financiers nécessaires à cette adhésion. La Suisse doit se permettre d’investir dans la formation !

Suite à l’acceptation de l’initiative contre l’immigration de masse il y a plus de 3 ans, l’extension de la libre circulation des personnes à la Croatie n’a pas pu être signée. Les négociations sur l’association complète de la Suisse à Erasmus+ ont alors été annulées, à cause de leur relation étroite avec l’accord de libre-échange. Depuis, la Suisse ne peut participer au programme d’échange européen de jeunes que grâce à une solution transitoire, qui contient de nombreux désavantages. La mobilité des personnes individuelles et le domaine des hautes écoles ont ainsi été favorisés. „Avec cette participation que nous jugeons insuffisante, la formation professionnelle et le domaine de la jeunesse extra-scolaire sont punis et il existe une grande insécurité à déposer et mener des projets“, dit Annina Grob, cheffe du domaine politique du Conseil Suisse des Activités de Jeunesse (CSAJ), qui a initié la pétition.

Le Conseil fédéral propose au Parlement, dans son message publié aujourd’hui, de continuer avec la solution transitoire, légèrement modifiée, jusqu’à la fin de la période du programme actuel, c’est-à-dire jusqu’à fin 2020. « Nous ne sommes pas d’accord avec cette proposition insuffisante du Conseil fédéral et c’est la raison pour laquelle nous avons lancé cette pétition – afin que le Parlement sache comment nous nous positionnons ! », explique Elisabeth Widmer, co-présidente du CSAJ. Widmer est également étonnée de cette décision, d’autant plus que les derniers signaux de Bruxelles, en ce qui concerne les négociations, étaient récemment tout à fait positifs – puisque suite à la ratification du protocole sur la Croatie, la voie est alors libre pour une participation sans restriction de la Suisse au programme européen. « Une association complète est une question de volonté politique et nous demandons au Parlement d’entreprendre tout son possible pour permettre une association à part entière dès 2018 », conclut Widmer.

L’avantage d’Erasmus+ est grand : des séjours à l’étranger renforcent les compétences personnelles et interculturelles et soutiennent les enfants et les jeunes dans leur développement en vue de devenir des citoyen-ne-s responsables. Les études montrent également l’impact positif de tels projets d’échange sur l’employabilité des personnes concernées. Le risque de se retrouver au chômage un an après la fin d’une formation est notamment diminué de moitié.

« C’est aussi pour cela qu’il est inimaginable que la Suisse ne participe pas entièrement au programme. La Suisse, avec sa tradition démocratique et dont la formation est la seule ressource, se dessert durablement avec cette solution hésitante », remarque Andreas Tschöpe, secrétaire général du CSAJ.

La pétition peut être signée en ligne dès maintenant et jusqu’au 26 mai ; elle sera transmise au Parlement à la session d’été. Les organisations signataires sont : 

Documents:

Renseignements:

  • Annina Grob, cheffe du domaine politique CSAJ, 031 326 29 36
  • Elisabeth Widmer, co-présiente CSAJ, 078 623 51 05
  • Andreas Tschöpe, secrétaire général CSAJ, 031 326 29 33 / 078 629 59 27

Abonniere unseren Newsletter!

So bleibst du immer auf dem Laufenden.

Vielen Dank!

Pin It on Pinterest

Share This