Aktuell
  • LLL:fileadmin/templates/sajv.ch/Resources/Private/Language/fr.locallang.xlf
  • Chercher
  • Contact

News

Ci-dessous vous trouverez les dernières nouvelles du CSAJ !

Les organisations de jeunesse exigent de la clarté sur la reprise des activités extra-scolaires

Les activités extra-scolaires pour la jeunesse ont été négligées pendant la crise liée au COVID-19. En effet, ces activités, camps, évènements et autres échanges entre jeunes, fondamentales pour le développement et le bien-être des jeunes, n’ont pas pu avoir lieu et leur reprise est très incertaine. Le CSAJ, organisation faitière regroupant près de 53 organisations membres, demande dans une lettre au Conseil fédéral d’avoir une vision cohérente et des informations claires pour la reprise des activités extra-scolaires.

Les activités extra-scolaires pour la jeunesse ont été négligées pendant la crise liée au COVID-19. En effet, ces activités, camps, évènements et autres échanges entre jeunes, fondamentales pour le développement et le bien-être des jeunes, n’ont pas pu avoir lieu et leur reprise est très incertaine. Le CSAJ, organisation faitière regroupant près de 53 organisations membres, demande dans une lettre au Conseil fédéral d’avoir une vision cohérente et des informations claires pour la reprise des activités extra-scolaires.
 

La crise du Coronavirus a confronté les organisations de jeunesse suisses à de nombreux obstacles et défis imprévisibles en très peu de temps. Presque toutes les offres et les événements basés sur l'échange social et les contacts entre les jeunes ont dû être reportés ou annulés indéfiniment. Cela implique non seulement des risques financiers pour les organisatrices et organisateurs de ces événements, mais également des risques sociaux pour le développement de ces jeunes, aspect à ne pas négliger. En effet, lors de ces dernières semaines les enfants et les jeunes ont dû faire face à de nombreux défis liés au bouleversement de leur quotidien.

Les activités extrascolaires jouent un rôle essentiel dans le quotidien des enfants, des jeunes et celui de leur famille. Elles contribuent à l’épanouissement, au développement psychique et physique des individus. Un grand nombre de ces activités prennent place durant les vacances scolaires estivales, complètent l’offre d’accueil de l’enfance et soulagent ainsi les familles en proposant des programmes variés d’activités aux jeunes.


Un plan d’action au niveau national avec des dates de reprises
 

Le CSAJ a constaté que, malgré quelques activités organisées de manière à respecter les mesures de sécurités, par exemple en ligne, l’offre pour les jeunes a été nettement réduite au cours de ces dernières semaines. De plus, par le manque d’informations, de nombreuses organisations de jeunesse ont dû annuler leur programmation de cet été. Ensuite, de nombreuses et nombreux jeunes bénévoles sont actives et actifs dans le lancement d’initiatives solidaires ayant pour but de soutenir la population. Finalement, les organisations de jeunesse, leurs collaboratrices et collaborateurs, ainsi que leurs bénévoles sont motivé·es à adapter et à développer de manière créative leurs offres afin de maintenir l’existence d’activités d’animation socioculturelle et des loisirs, fondamentale en été. Ainsi, le CSAJ demande au Conseil Fédéral :

  • La prise en considération du domaine des activités extrascolaires lors du développement du plan de sortie de l’épidémie Covid-19 ;
  • La désignation d’un office fédéral et une personne responsables de la communication des informations relatives aux organisations de jeunesse ;
  • Des informations claires et détaillées concernant la date et les modalités de la reprise (partielle) des activités extrascolaires ;
  • Une prise de position claire concernant l’autorisation des colonies et camps de vacances estivaux ;
  • Le développement d’un cadre régulant les conditions de réalisation des activités extrascolaires journalières, ainsi que des activités extrascolaires sur plusieurs jours telles que les camps résidentiels et les centres aérés. Celui-ci doit, entre autres, contenir des informations quant au nombre maximal d’enfants et d’adultes autorisé·es, aux mélanges des tranches d’âge des participant·es et aux mesures de distanciation sociale.

Selon le CSAJ, la jeunesse suisse ne doit pas être oubliée dans cette crise qui peut avoir des impacts négatifs sur leur bien-être et leur développement. La jeunesse portera pendant longtemps le fardeau de la crise économique liée au COVID-19 et les organisations de jeunesse ainsi que leurs activités extrascolaires doivent être considérées au même titre que les domaines économique, gastronomique, culturel ou sportif. Le milieu associatif et le domaine de l’animation socioculturelle jouent un rôle primordial au sein de la société, de la vie des familles, des enfants, des jeunes et de nombreuses et nombreux bénévoles.


Pour plus d’informations :

 

 

Connecté et engagé

Le CSAJ s’engage en politique pour les intérêts de ses membres. Grâce à son réseau, le CSAJ fait parvenir les demandes de ses organisations membres aux organismes compétents de la Berne fédérale.

Le CSAJ est reconnu au niveau fédéral en tant qu’association faîtière des organisations de jeunesse et que porte-parole des jeunes. Il est en étroite relation avec l’Office fédéral des assurances sociales (OFAS), responsable de la politique de la jeunesse au niveau fédéral. Il collabore aussi étroitement avec d’autres offices fédéraux qui disposent de programmes de jeunesse dans le cadre de leurs responsabilités (p.ex. santé, migration). Il siège au sein des principaux organes politiques spécialisés et entretient des contacts avec des parlementaires de tous les groupes. Le CSAJ siège en outre dans des réseaux d’ONG avec lesquels il est étroitement lié.

Il siège dans ces réseaux pour défendre les intérêts de ses membres et de la jeune génération en Suisse. Le CSAJ effectue donc un lobby pour une promotion de la jeunesse forte et durable, pour la reconnaissance du bénévolat, contre des conditions de travail inefficace pour l’animation jeunesse, etc.

Succès politiques

Le CSAJ a remporté quelques succès, par exemple avec la création (1989) et la révision totale (2011) de la loi sur l’encouragement de l’enfance et de la jeunesse, avec l’instauration du congé-jeunesse (1991) ou encore avec les mesures de prévention dans le cadre du Programme national alcool de l’OFSP (2008).